Les Enquêtes du SNALC

Vous trouverez sur cette page les liens vers les enquêtes du SNALC Bordeaux :

EN COURS

Professeurs du premier degré :

A plusieurs occasions cette année, le SNALC a dû intervenir et doit encore le faire en ce moment.
La raison?
Des collègues sont mis en difficultés par des parents parfois accompagnés par le maire de la commune où ils exercent.
Dans la majorité des cas, un simple échange avec l’IEN en présence d’un représentant du SNALC suffit.
Mais d’autres cas nécessitent plus de temps. Et le SNALC est là pour accompagner les collègues.
Pour le SNALC, il est essentiel de savoir s’il y a là une tendance lourde ou non. En effet, nous devons pouvoir avertir les instances déprtementales, académiques et nationales si les dysfonctionnements concernant les parents deviennent de plus en plus fréquents.

Pour faire entendre votre voix et nous aider à vous représenter, nous vous proposons de remplir notre enquête.

répondre à l’enquête 1er degré


ENQUÊTES CLOTUREES

Professeurs de lettres classiques : La souffrance au travail des professeurs des lettres classiques

Malgré les annonces ministérielles des derniers mois laissant entendre un renouveau des LCA, sur le terrain, les professeurs de Lettres classiques souffrent et s’épuisent à faire survivre leurs disciplines de cœur, le latin et le grec.
En effet, nous sommes attaqués de toutes parts : horaires rognés car non fléchés, hostilité des collègues d’autres disciplines voulant récupérer les heures de marge, mépris des chefs d’établissement, négation de notre statut trivalent par des rectorats (oui, nous sommes bien professeurs ET de français, ET de latin ET de grec), réformes mettant en danger les options, quasi impossibilité de muter alors même que des postes restent non pourvus au mouvement.
La patience des professeurs de Lettres Classiques s’épuise, comme leur santé physique et mentale : si la majorité résiste encore et toujours, beaucoup d’entre eux, refusant de sacrifier davantage leur santé sans la moindre reconnaissance de leur travail, abandonnent la lutte.
Les témoignages de souffrance affluent au SNALC, à tel point que l’on peut se demander si tout n’est pas mis en œuvre pour organiser la mort de l’enseignement des LCA : dégoûter les professeurs en poste, faire fuir les éventuels nouveaux candidats aux concours – jusque dans la nouvelle mouture du CAPES. L’étoile des LCA serait-elle une naine blanche qui s’étiole ou une supernova éclatant de toute l’inventivité des professeurs avant de disparaître ?

Le SNALC, toujours soucieux des conditions de travail des enseignants et défenseur indéfectible des Langues anciennes, a décidé d’en avoir le cœur net et de faire un état des lieux de la souffrance au travail des professeurs de Lettres classiques. C’est pourquoi nous vous proposons de répondre à notre enquête avant le 08 juillet.

répondre à l’enquête lettres classiques